Récupérer son Kbis gratuitement et rapidement

Dans la liste des petites choses qui peuvent être agaçantes, il y a le fait de fournir (très) régulièrement un Kbis de moins de 3 mois à tout va. Parfois, c’est un peu le parcours du combattant pour retrouver le bon lien, le bon site, la bonne CB pour payer et attendre quand ça ne marche pas.

silver iMac

Figma et les Design Systems, une jolie histoire d’amour

Alors oui, j’utilise parfois Figma. Notamment pour suivre, commenter et proposer en rendez-vous les productions des DA avec qui je suis amené à travailler. Ce que j’aime vraiment avec Figma, c’est sa capacité à devenir un outil d’organisation pour différents corps de métiers. Dont l’usage des Design Systems. Mais du coup, c’est quoi et pourquoi je trouve ça génial ? Un Design System c’est un peu une bibliothèque de composants réutilisables. Une boîte de Lego incroyables que l’on utilise durant tout le projet assurant une cohérence à toute épreuve. Le hic, c’est qu’on ne retrouve pas toujours un Design System sur l’ensemble des projets clients. Car cela prend du temps. D’où ce super site d’inspirations pour apprendre à bien organiser ses éléments : https://www.designsystemsforfigma.com Alors, on y retrouve quoi dans le concret ? Typographies Palettes des couleurs Icônes et visuels Règles d’usages pour chaque élément Grilles de structuration Éléments réutilisables l’UI (Interface Utilisateur) Voici quelques Design Systems que je conseille souvent : Uber : https://www.figma.com/@uber Airtable : https://www.figma.com/@airtable Decathlon : https://www.figma.com/@decathlon Slack : https://www.figma.com/@slack Envie d’en apprendre un peu plus ?

Gagner du temps en rédigeant en Markdown

Cet article, cela faisait longtemps que je le gardais sous le coude. Enfin, sous le clavier. D’un aspect parfois peu engageant, au final c’est une façon de rédiger bien pratique. Car elle permet de se focaliser sur le contenu et non le contenant. Comme on peut facilement le deviner, cela ressemble à du code sans en être. Markdown est un principe de raccourcis qui permettent de ne pas couper son écriture pour aller chercher le bouton « mettre en gras » ou « passer en italique« . A quoi ça sert ? A gagner du temps et à être universel. Car un contenu bien partagé est un document dont la lecture ne doit pas nécessiter un logiciel de plusieurs centaines de méga-octets pour être ouvert (je ne vise personne, hein Microsoft Word). De plus, un fichier texte écrit en Markdown sera toujours lisible sur votre ordinateur, même dans 50 ans. Côté usage pour les producteurs de contenus, cette façon d’écrire permet de se servir de ce qui se trouve sur le clavier pour éviter l’utilisation d’une interface à utiliser à la souris. On privilégie donc l’UX à l’UI. Cela fait bien des années que j’ai pris l’habitude de rédiger de cette façon, les # sont pour moi des titres de niveau 1. Les * et _ permettent de styliser un texte. Et finalement, le – n’est qu’une façon de voir une liste de tâches. Et pour ne rien oublier ou pour tout découvrir, le plus simple est de visiter : https://www.markdownguide.org L’ensemble des informations concernant Markdown sont disponibles en ligne. Mais si vous aimez les livres, vous pouvez vous diriger vers :

slightly opened silver MacBook

Merci Shottr, la capture d’écran est à nouveau un plaisir.

Oui, c’est un poil accrocheur comme titre, mais il faut parfois savoir lancer des pavés dans les marres virtuelles de l’Internet. La preuve en image : Shottr (disponible uniquement sur MacOS) est un petit logiciel qui ne promet pas la Lune mais uniquement de bonnes fonctionnalités : Faire une capture d’écran (merci Captain Obvious) Faire une capture d’écran en scrolling dans un contenu (ça c’est cool) Modifier la capture d’écran avec un blur dans l’image (classique mais bien) Modifier la capture d’écran avec le retrait d’informations (innovant et bluffant) Ajouter des annotations Mesurer des éléments Utiliser un OCR efficace Utiliser un Color Picker intégré Enregistrer les visuels modifiés dans un dossier distinct Enregistrer les visuels en ligne Copier directement sans enregistrer l’image … Bref, un paquet de petites choses qui ne sont pas des révolutions, plutôt de bonnes intentions bien assemblées. L’autre bonne nouvelle, c’est le prix de ce logiciel : il est totalement gratuit. L’autre-autre bonne nouvelle, c’est que le compte Twitter est très actif et qu’il met en avant avec de petits gifs toutes les nouveautés :

Un générateur de couleurs à base de gestion des pigments

Histoire de changer un peu des habituelles machines à gaz disponibles en ligne, Pigment par ShapeFactory est un générateur simple de palette de couleurs. Il s’agit d’une approche différente, basée sur la quantité de pigments d’une couleur. Il existe de nombreuses façons mathématiques d’afficher une palette agréable à l’oeil, ici nous sommes plutôt sur de l’expérience qui ressemble au dosage de boissons. Prenons un sirop à diluer, il donnera une teinte différente selon la quantité d’eau que vous ajoutez. C’est exactement la même chose pour les cocktails, mais ce n’est pas le sujet. Si certaines ne vous plaisent pas, partez donc à l’aventure du sélecteur de couleur principale, qui permet de limiter les palettes à afficher. Ce qui donnera un autre aperçu de vos futures couleurs préférées. Ce qui est assez sympathique. Bref, c’est vraiment un outil qui permet de changer un peu notre façon de sélectionner les couleurs. Et c’est déjà pas mal.

white and black tablet computer

Non, Word n’est pas fait pour prendre des notes. Reprenons les bases.

C’est quoi de la prise de notes pour moi ? J’aime décomposer mes notes en plusieurs cas pratiques : La note rapide pour me soulager l’esprit, classée rapidement dans une liste La note court format pour initier une idée ou un projet, dans un grand dossier La note long format pour un article ou un email, classée par thématique La note de gestion de projet à garder au choix et bien catégorisée Chaque type de note permet d’utiliser un outil particulier. Certains n’étant même pas à l’origine dédié au stockage d’information dans ce format. Cas n°1 – La note rapide Ici, je suis revenu à mes basiques : la todo list bien efficace. J’ai essayé de nombreuses applications et pourtant je reviens toujours à la même, Apple Reminders- https://www.icloud.com/reminders. Toutefois, j’ai testé sur la durée : Todoist – https://todoist.com, que j’ai abandonné par lassitude du format payant et plutôt adapté à un usage collaboratif. Google Keep – https://www.google.com/keep/, que j’ai remplacé par envie d’une unité entre mes comptes Google. Asana – https://asana.com, bien trop gros pour ce que j’en souhaitais. Trello – https://trello.com, le Kanban oui, mais pas pour des notes aussi courtes. Finalement Apple Reminders (alias Rappels en français) me permet d’utiliser l’écosystème complet avec les raccourcis de partage depuis Safari ou toute autre application. Rapide et efficace, j’ai trouvé mon workflow pour ce type de note. Cas n°2 – La note court format Le court format est ce que je préfère. J’y cale les informations nécessaires à la rédaction plus longue (si j’en prends le temps). Il s’agit de quelques paragraphes rédigés pour moi ou pour un article de blog assez court. Généralement, je récupère une idée de la todolist pour la transformer et donner plus de profondeur à ce que j’en pense.  Il peut aussi s’agir tout simplement d’un futur partage d’un outil ou d’une vidéo, avec un peu de contexte autour. Pour cela, j’utilise principalement : Apple Notes – https://www.icloud.com/notes, pour son intégration dans le petit monde Apple, mais aussi pour le support du stylet et du scanner PDF directement depuis l’app. Craft – https://www.craft.do, l’UX et l’UI de l’outil est géniale, ça donne envie de s’y mettre et de compléter des pages. L’avantage indéniable est la possibilité de générer un lien depuis une note pour la partager partout, sans connexion nécessaire. Et c’est tout simplement beau. GoodNotes – https://www.goodnotes.com, ça, c’est quand je suis sur l’iPad avec un projet qui nécessite un peu de schémas rapides et des explications visuelles, sachant que l’envoi vers un écran externe est ultra-bien géré. Notamment pour mes projets de constructions en bois ou certains cours que je prépare. Cas n°3 – La note long format Pour ce type de note, il faut garder en tête quelque chose qui tient en haleine, qui demande de la concentration. Un long laïus concernant un outil, une méthode ou un cours que je prépare par exemple. Le défi est de retrouver une interface suffisamment épurée pour ne pas être distrait. J’utilise principalement deux outils, dont l’un va disparaître : Ulysses – https://ulysses.app, celui-ci ne