Il existe bon nombre de documentaires très bien réalisés concernant Internet. Mais bien peu arrivent à cerner aussi bien l’ambiance électrique des avancées majeures que celui consacré à Aaron Swartz.

Génie, pirate, inventeur, créateur …

On peut aussi résumer la vie de cet informaticien par le terme innovation. Car il s’agit vraiment de cela : innover pour le plus grand nombre.

La plupart de ses inventions sont toujours utilisées aujourd’hui, même si les utilisateurs n’en ont pas conscience.

The Internet’s Own Boy est le documentaire de TakePart consacré à Aaron Swartz. Histoire de découvrir qui il est et pourquoi il s’est donné la mort à 26 ans en 2013.

Co-fondateur du format RSS, co-fondateur de Reddit, militant de l’Internet libre et ouvert, fondateur de la licence Creative Commons … L’activiste s’est suicidé le 11 janvier 2013 alors que la justice le menaçait de plusieurs années de prison et une (très) forte amende.

Son crime ? Rendre accessible à tous la connaissance.

Le documentaire est disponible sur la plateforme Amara, mais aussi sur YouTube dont une version sous-titrée en français se trouve ci-dessous :

Par ailleurs, son blog est toujours en ligne : http://www.aaronsw.com/weblog/.

Bien qu’un peu indigeste sous son format désormais un peu dépassé, un ouvrage incroyable est sorti aux éditions B42 : “Celui qui pourrait changer le monde“.

Ce livre réunit une sélection d’articles de son blog qui permet de mieux cerner le personnage et surtout de prendre une claque de bon sens concernant les évolutions d’Internet. Ce qu’il a écrit il y a déjà plusieurs années reste toujours d’actualité.

C.

Comprendre le cycle de vie d’un nom de domaine

Ce petit nom qui permet de se rendre sur un site web dispose d’une appellation bien précise : le nom de domaine. Il s’agit d’une astuce de communication pour faciliter l’accès à l’information. Au lieu de taper l’adresse IP d’un serveur contenant des documents ou des pages web, il est commun d’utiliser un nom simple qui sera retenu et partagé.

Le sujet est simple en apparence, mais qui se complexifie très vite. Il existe une première règle à garder en tête :

Vous n’achetez pas un domaine, vous le louez.

Car oui, l’erreur commune est de dire que l’on achète un nom de domaine alors qu’il s’agit d’une location qui se passe sur une ou plusieurs années (au maximum 10 années en une fois, mais il est possible de renouveler à nouveau pour 10 années une fois le délai à n’importe quel moment). Tout comme pour l’immobilier, ce contrat dispose d’une durée qui peut être renouvelée ou rompue en cas d’infraction.

Tout comme pour un appartement ou une maison, si vous ne payez pas votre loyer, vous n’avez plus l’autorisation d’exploiter le domaine et celui-ci ne vous appartiendra plus, un autre locataire peut se positionner et le réquisitionner.

Il existe même une activité dédiée à la récupération de ces domaines à des fins commerciales : vous avez oublié de payer votre redevance, le domaine a été récupéré et est disponible pour rachat de bail à haut prix (c’est ce que l’on appelle aussi le “domain parking“).

À date d’expiration, vous pouvez le récupérer pendant les 30 premiers jours suivants. Vous êtes prioritaire et vous seul avez la capacité de le louer à nouveau.

Passé ce délai, le domaine repasse dans l’offre publique. Et soit vous avez de la chance et pouvez le récupérer, soit il a été loué par quelqu’un d’autre et vous n’avez aucun recours pour le louer de nouveau.

Pour les extensions nationales (.fr, .be, .es, …), le cycle de vie du nom de domaine est défini par le registre (entité qui a l’autorisation de louer) de chaque pays. Pour d’autres extensions, il n’existe pas de périodes similaires aux extensions génériques, les noms de domaine pouvant devenir disponible dès le jour de leur expiration. Il est nécessaire de bien surveiller ces fameuses dates d’expirations pour éviter toute déconvenue.

En résumé, voici le cycle complet d’un nom de domaine :

  1. Actif : vous en faites ce que vous voulez
  2. Expiré : vous pouvez le renouveler sans stress
  3. Rédemption : le registre a encore la main sur le domaine
  4. Suppression : il n’y a plus d’action possible
  5. Disponible : n’importe qui peut louer le domaine
M.

Mais c’est quoi en fait le World Wide Web ?

WWW, cet acronyme utilisé chaque jour dans des milliers d’articles de blogs est une technologie révolutionnaire. Mais comme toute technologie, elle est parfois mal comprise et mal partagée.

Internet, le Web, le Web 2.0, les autres protocoles … tout cet univers reste complexe. Et rien de mieux qu’une bonne intervention TED pour simplifier un peu ce concept obscur.

The World Wide Web is used every day by millions of people for everything from checking the weather to sharing cat videos. But what is it exactly? Twila Camp describes this interconnected information system as a virtual city that everyone owns and explains how it’s organized in a way that mimics our brain’s natural way of thinking. 

TED Ed

Il y a sur cette page plus d’informations pour continuer à découvrir et à comprendre plus facilement ce qu’est le World Wide Web : https://ed.ted.com/lessons/what-is-the-world-wide-web-twila-camp#digdeeper.

D’ailleurs, si vous avez envie de creuser un peu plus, voici le document d’origine du projet écrit par Tim Bernes Lee : https://www.w3.org/History/1989/proposal.html.