Au programme de cet article, une liste concrète des applications qui sauvent la vie et qui permettent de travailler sur un iPad Pro sans stress.

Mais avant toute chose, petit rappel de mon usage de cette tablette. Étant chargé de missions très variées, je dois très souvent m’adapter aux modes de fonctionnements des personnes avec qui je travaille. Ceci implique d’être flexible concernant les services utilisés et les applications à installer parfois pour un seul projet.

Par moment, je ne fais qu’être porte-parole à coup de présentations, à d’autres moments je reprends ma casquette de développeur, parfois j’ai celle de professeur. En mixant tout cela, j’ai du coup plusieurs métiers à couvrir, mais qui relèvent tous au final du grand ensemble du marketing digital.

Exit les applications sociales habituelles que vous avez déjà sur vos smartphones. Concentrons-nous sur les applications qui prennent du sens à être utilisées sur grand écran tactile.

Cette liste est loin d’être complète et n’offre qu’un aperçu minime de ce qu’il est possible de réunir comme “starter pack” lorsqu’on débarque fraîchement dans le monde de l’iPad Pro.

NB: foncez acheter le stylet et un trackpad pour en profiter réellement.

Côté stockage

Avouons-le, c’est la partie la plus pénible de nos outils actuels, la taille du disque dur de base évolue moins vite que la gourmandise de certains documents. Et dire que je me rappelle avec nostalgie des échanges de disquettes 3,5” avec 1,44 Mo d’espace disponible …

Pour combler le manque potentiel de place, il va être fréquent de passer par la case “cloud” :

  • iCloud : plutôt évident, c’est le choix de la raison pour stocker facilement ses documents précieux à portée de Finder / Files.
  • Google Drive : pratique pour gérer ses documents partagés et le travail collaboratif en temps réel.
  • Dropbox : ici, c’est plutôt en tant que stockage longue durée, façon NAS avec quelques folies dont la signature électronique qui arrive.

Côté bureautique

Pour cette partie, il va falloir malheureusement composer avec les principaux concurrents du secteur qui ont développés des applications très bien huilées pour iPadOS :

  • Apple avec Keynote, Numbers et Pages : idéaux pour les formats natifs qui ne sont modifiables facilement qu’avec les applications Apple.
  • Microsoft avec PowerPoint, Excel et Word : qui gère très bien les révisions et les exports vers d’autres formats.
  • Google avec Slides, Sheets et Docs : pour la partie collaborative et stockage réellement distant.
  • Dropbox Paper : pour le côté sympa d’être couplé à Dropbox, moins poussé que Google Docs, mais une interface plus universelle.

Côté bureautique – les notes

Parfois, il n’est pas utile de partir sur un format complexe pour garder sous le coude les informations que l’on a en tête. Surtout si l’on utilise le format Markdown pour gagner du temps (ce que je vous encourage à faire !) :

  • Apple Notes : pour du rapide, du type que l’on a envie d’avoir sous la main pour plus tard.
  • Google Keep : l’équivalent au précédent, mais pratique pour les listes partagées entre comptes Google (listes de courses & co).
  • Ulysses : pour tout ce qui est long format, je m’en sers principalement pour tout ce qui touche aux articles de blogs et autres supports écrits.
  • MindNode : histoire d’y voir plus clair façon carte mentale, l’export vers un format texte pur est un vrai plus.
  • Notion : le petit préféré de la startup nation, après y avoir posé pas mal de notes en tout genre avec mini-site web généré, je me suis lassé du manque de possibilités de l’application mobile.

Côté navigateurs

Il n’y a pas qu’un navigateur que l’on peut installer sur la tablette. Bon, malgré tout, bien souvent il s’agit simplement d’une apparence différente à Safari, Apple oblige. Donc on retrouve :

  • Apple Safari : il a l’avantage d’être universel dans son utilisation entre votre iPhone et votre MacBook.
  • Google Chrome : le plus pratique si vous avez un compte Google à y associer.
  • Mozilla Firefox : identique à son cousin sur ordinateur de bureau, la synchronisation de compte est un vrai atout.
  • Mozilla Firefox Focus : le plus efficace pour éliminer les méchants trackers de votre navigation.

Travail collaboratif

L’iPad Pro est un outil social et sociable. Vous pouvez partager facilement tout type de document et surtout en produire en grand nombre de façon collaborative :

  • Zoom : l’indispensable grand méchant des visioconférences outre-Atlantique.
  • Microsoft Teams : très pratique pour gérer des projets et surtout y retrouver les classes des écoles où j’interviens.
  • Twist : l’équivalent de Slack réalisé par les équipes derrières Todoist, se rapproche plus d’une série d’emails que de chaînes bavardes.
  • Slack : l’incontournable de la startup nation à nouveau, plus la peine de le présenter, ses connexions aux différentes APIs le rendent très malléable.
  • Whereby : mon petit préféré pour effectuer des visioconférences rapides, légères et sans amener les gros soucis de “tu me vois” / “je n’arrive pas à me connecter” / “c’est quoi le lien ?”
  • Explain EDU : oui, il fait un peu office d’outsider dans cette liste, mais il a tout à fait sa place, car il permet de présenter simplement des formats complexes aux étudiants.

Se tenir au courant

Il n’est pas uniquement question d’actualité, mais également de sujets de fond. Le format tablette permet de prendre le temps de lire, tranquillement posé dans un fauteuil, canapé ou hamac :

  • Google Actualités : toutes les informations déjà triées selon les informations de votre compte Google.
  • Medium : the place to be pour des articles nombreux, sûrement trop nombreux.
  • The New Yorker : l’actualité venue de loin, mais qui est extrêmement bien rédigée, il est possible d’hésiter avec le New York Times, ce qui est normal.
  • Harvard Business Review : le condensé en long format des problématiques de l’entreprise, indispensable. Mieux que Wired au final.

La galaxie Google

Mine de rien, le géant a de bons arguments concernant le travail à distance sur des supports variés. Les applications sont généralement de bonne facture et vous permettent de travailler sans blocages :

Les tâches du quotidien

Il y a ensuite les autres, ceux qui seront utiles à un moment ou un autre. Oui, ce sont ces applications qui risquent de devenir votre vrai quotidien :

  • Toshiba e-BRIDGE : après tout, l’impression c’est encore pas mal utile et ce n’est pas super bien géré sur iPadOS.
  • 1Password : mon gestionnaire de mots de passe fétiche, ultra bien intégré à l’ensemble de la galaxie Apple et gérant très bien les 2FA sur vos différents sites.
  • NordVPN : ne naviguez pas sans une petite protection supplémentaire, idéale si vous êtes adeptes du télétravail d’un peu partout.
  • Ferrite : si vous souhaitiez vous mettre au podcasting, voilà votre éditeur.
  • Lumafusion : un peu l’équivalent de Final Cut Pro X, mais sur une tablette.
  • Antidote FR/EN : de quoi être incorrigible depuis votre mobile, profitez-en pour prendre un abonnement pour bénéficier du correcteur en ligne.
  • Todoist : les listes de tâches, c’est la vie.
  • nPerf : vous aussi vous trouvez que le réseau est lent, parfait, lancez un test pour en avoir la preuve.
  • Net Analyzer : envie de découvrir qui est actuellement sur votre réseau, ok, cette application est là pour ça.
  • Tydlig : c’est un fait, il n’y a toujours pas de calculatrice sur l’iPad, alors autant en prendre une qui a de la gueule.
  • Dark Noise : pour être dans une bonne atmosphère de production, il faut parfois réunir quelques ambiances sonores, bruit blanc / pluie / grillons / avion / … à vous de choisir.
  • Forest : le deal est simple, plus vous restez focus sur une tâche, plus votre petite plante grandit. Un peu le principe Pomodoro 2.0.
  • Carrot : avoir une application météo qui vous donne des informations fiables, c’est bien. Qu’elle soit insolente, c’est mieux.

Du côté développement web

On pourrait penser qu’un iPad n’est pas fait pour créer du contenu dynamique, encore moins pour créer un site web. Et bien c’est totalement faux :

  • AWS Console : pour gérer les services utilisés chez Amazon Web Service du bout des doigts, surtout la partie budget n’est-ce pas ?
  • App Store Connect : si vous êtes développeur mobile, vous poussez sur les stores, voici de quoi suivre les différentes étapes de validation.
  • Apple TestFlight : avec cette application vous pouvez installer des versions bêtas de différentes applications, celles que vous créez, mais également celles d’autres personnes.
  • Figma Mirror : si votre équipe graphique utilise Figma, vous pourrez tester les rendus sur écrans tactiles.
  • GitHub : après avoir attendu bien longtemps, le client officiel est arrivé, pratique pour suivre les issues et les activités sur les projets.
  • Play.js : une interface de développement JavaScript complète, avec Node.js en local ainsi que React Native.
  • Code Editor : éditeur de scripts avec un gestionnaire de fichiers (FTP/WebDAV/AWS S3 …) et un terminal SSH créé par Panic.
  • Inspect : le gros défaut de Safari est de ne pas avoir de console accessible, en voici une avec une boîte à outils pour vos développements web.
  • Coolors : histoire de créer en quelques secondes de sublimes palettes de couleurs, de les exporter et de les garder sous le coude.
  • Codye : le code source, c’est beau, faites en profiter le monde avec cette petite application qui rendra ça prêt à partager sur votre profil Instagram.
  • WordPress : inutile de le présenter, c’est le poids lourd des CMS en ligne, et pour une fois, l’application n’est pas si moche.
  • Adobe Comp : faire des wireframes, des projets de sites ou d’applications, ça peut être complexe, autant se servir d’outils qui permettent d’aller vite.

Du côté graphisme

Bien que grand débutant concernant la production graphique, j’aime essayer et apprendre. Ça tombe bien, l’App Store regorge d’outils pour progresser et être productif :

  • Procreate : ne vous focalisez pas sur les images mises en avant, il est aussi possible d’apprendre le lettering, de faire des créations de maquettes d’applications et de gros gribouillis.
  • Adobe Photoshop : doit-on encore présenter ce mastodonte ?
  • Adobe Lightroom : l’outil le plus puissant pour retoucher vos photographies (même celles de votre chat).
  • Canva : des tonnes de gabarits pour vos contenus sociaux.
  • Adobe Spark : la même chose que Canva, mais par Adobe et avec une gestion de marque, appliquez en un clic vos couleurs / logos / polices sur les gabarits proposés.
P.

Pourquoi utiliser Firefox Focus comme navigateur sur iPadOS à la place de Safari ?

Le marché des navigateurs est bien plus intéressant aujourd’hui qu’à mes débuts sur Internet. En dehors de celui de Microsoft, il n’y avait pas vraiment de concurrence pour mon système d’exploitation. J’ai vécu de nouveau le cas lorsque j’ai acheté mon premier iPad, il n’y avait que Safari Mobile de disponible.

Les autres sont arrivés progressivement, mais étaient rapidement bloqués par les restrictions de l’écosystème Apple. Toutefois, au fur et à mesure, il y a eu de vraies évolutions avec des fonctionnalités réellement intéressantes.

Je navigue souvent avec Safari, il reste pratique, car je l’utilise aussi sur iPhone et MacBook Pro. Mais la version iPad reste bien moins agréable que la version desktop.

Ceci pour beaucoup de raisons, mais principalement à cause du nombre de traqueurs qu’il laisse encore passer.

J’accepte depuis bien longtemps que toute mon activité en ligne soit traquée et analysée. Mais si je peux encore un peu rêver et imaginer une vraie navigation allégée, alors je le fais.

D’où mon usage ponctuel de Firefox Focus qui vient sauver mon usage des ressources en ligne.

Il porte bien son nom, car il active par défaut le mode navigation privée en retirant l’ensemble des traqueurs des sites web. De plus, l’aspect monotab reste pratique pour se focaliser sur un seul contenu à la fois et éviter la surabondance de sites ouverts en simultané.

Autre avantage, ce navigateur ne garde pas en mémoire votre historique de navigation, vos mots de passe, vos marque-pages et vos cookies. Parfois bloquant pour se connecter à certains sites, mais en utilisant un gestionnaire de mots de passe, on s’en sort au final très bien.

C.

Connais-toi toi-même : le MBTI au secours des agences de communication

Dans le petit monde du management, il existe différents types d’équipes. D’un côté, celles où tout va pour le mieux. De l’autre, celles où ça ne va pas si bien que cela.

Il existe toutefois un outil pour repenser les dialogues entre individus afin de travailler mieux ensemble, pour mieux délivrer nos rendus finaux.

Peu importe que ce soit pour concrétiser une campagne incroyable pour des chaussettes ou un Excel pour un business plan, il y a toujours un rapport complexe entre les individus qui travaillent ensemble.

Manager et/ou leader et/ou boss et/ou tyran et/ou ange gardien …

Le Myers Briggs Type Indicator est un test de personnalité (ou pour faire bien : “outil d’évaluation psychologique“) établi selon une méthode qui date de 1962 par Isabel Briggs Myers et Katherine Cook Briggs.

Celui-ci permet d’identifier et de classer les différentes dominantes psychologiques des personnes, le MBTI est une solution pour apprendre à mieux manager ou à mieux être managé.

Il existe 16 grands types de profils applicables pour la plupart des individus. Ces profils sont appelés personnalités et sont classés selon 4 types d’indicateurs :

  1. Orientation de l’énergie
  2. Recueil d’information
  3. Prise de décision
  4. Mode d’action

Il faut parfois prendre du recul avec les profils proposés, mais dans l’ensemble ce test permet de mieux cerner une équipe et de mieux se cerner. Le tout est d’y répondre simplement et sans chercher à tromper le questionnaire.

Car oui, pour établir son profil en ligne, il existe un nombre important de sites pour connaître son sigle. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse dans le modèle MBTI, il n’existe que des probabilités de tomber juste par rapport à sa personnalité.

Voici le site magique pour vous lancer dans votre test :https://www.16personalities.com/fr

Autre information importante à garder en tête, le MBTI est un indicateur d’autodiagnostique. Ce n’est donc pas une science exacte qui ne bougera pas dans le temps. Tout individu évolue selon ses expériences, son type de profil également peut évoluer.

N’hésitez pas à en découvrir les quelques dérives marketing avec par exemple le type de décoration intérieure suggéré selon votre type : https://www.thespruce.com/best-home-based-on-your-mbti-4690090

Ps: merci Wikipédia pour l’article passionnant sur le titre de cet article attribué parfois à tort à Socrate, découvrez donc l’histoire complète de Gnothi seauton.