black framed eyeglasses on white surface

Quand Steve Jobs présentait le tout premier iPhone.

S’il y a bien eu une belle avancée en termes de présentation de produit, c’est celle-ci. La fameuse Keynote de 2007 permet de prendre connaissance d’une bonne partie des astuces de Steve Jobs pour ses présentations. D’ailleurs, la biographie écrite par Walter Isaacson est un indispensable. Elle permet de bien cerner le personnage et de découvrir à quel point ce dernier était un maître de cérémonie hors pair. Mais il y a aussi le gourou des présentations à ne pas oublier : Guy Kawasaki. Celui-ci propose dans son ouvrage de quoi enchanter l’expérience client : L’art de l’enchantement: Comment influencer les coeurs, les esprits et les actes.

gray fitted cap, three pen, smartphone, and blue power bank on white surface

Liste d’outils : Starter kit pour ceux du marketing et de la communication

Comme chaque année, lorsque je commence à donner cours à une nouvelle promotion, je donne une liste des outils pratiques à utiliser. Qu’il s’agisse de quoi faire des présentations, des mockups de produits, de l’inspiration, de quoi s’organiser … Puisque cette liste a vocation à évoluer dans le temps et à être partagée, autant la déposer ici en libre-service. Ils ne vous serviront sûrement pas tous, mais sûrement qu’à un moment bien particulier, l’un d’entre eux pourra vous faire gagner de précieuses minutes. Si vous avez envie d’en ajouter un, n’hésitez pas à me signaler (via Twitter par exemple) ! Principaux outils Pexels : incontournable dès que vous avez des visuels à aller chercher en libre de droits – https://www.pexels.com/ Coolors : un générateur de jolies palettes de couleurs pratique quand on est en panne d’inspiration – https://coolors.co/ Google Fonts : vos polices directement chez Google – https://fonts.google.com SkyFonts : organisez simplement vos polices de caractères sur votre ordinateur – https://skyfonts.com Coverr : trouvez vos bannières animées en vidéo libre de droits – http://coverr.co/ Pablo by Buffer : créez vos images pour les réseaux sociaux depuis ce site, un peu comme Canva mais en plus simple et plus rapide : https://pablo.buffer.com/ Muzli : source d’inspiration pour designer souhaitant bénéficier de contenus triés et sélectionnés avec goût – https://muz.li/ Iconstore : plein d’icônes utilisables sans souci – https://iconstore.co/ Canva : l’incontournable de la création de visuels en ligne – https://www.canva.com/ FlatUI Colors : un ensemble de jolies couleurs à copier-coller rapidement – http://flatuicolors.com/ Gliphy : de quoi réaliser facilement des diagrammes – https://www.gliffy.com/ Création d’infographie Piktochart – https://piktochart.com/ Infogram – https://infogram.com/ Easelly – https://www.easel.ly/ Visually – https://visual.ly/ Blogging Hemingway: (http://www.hemingwayapp.com/) Hemingway App pour un rendu clair de vos productions Grammarly: (https://www.grammarly.com/) De quoi écrire sans faute Medium: (http://medium.com/) Le repaire des bonnes idées et des bons articles ZenPen: (http://www.zenpen.io/) L’outil minimaliste pour écrire sur le web Editorial Calendar: (https://wordpress.org/plugins/editorial-calendar/) Voir sous forme de tableau l’ensemble des futurs articles de blog sur WordPress SEO Open Site Explorer: (https://moz.com/researchtools/ose/) Analyse de liens Ahrefs: (https://ahrefs.com/) Explorateur de site et vérificateur de backlinks Quick Sprout: (http://www.quicksprout.com/) Analyse de site web SEO Site Checkup: (http://seositecheckup.com/) Analyse gratuite de SEO de site web Google: Analytics – Keyword Planner – Webmaster Tools  Nibbler: (http://nibbler.silktide.com/) Tester son site web et avoir des retours mesurables Google Pagespeed Insights: (https://developers.google.com/speed/pagespeed/insights/) Analyser les performances du site Optimisation de visuels TinyJPG :   (https://tinyjpg.com/) Compression d’images Compressor.io: (https://compressor.io/) Optimisation et compression d’images online Kraken: (https://kraken.io/web-interface) Optimisation des images ImageOptimizer: (http://www.imageoptimizer.net/Pages/Home.aspx) Retailler, compresser et optimiser les images Emailings et newsletters Mailchimp: (http://mailchimp.com) Envoyer 12,000 emails à 2,000 inscrits gratuitement Mandrill: (http://mandrill.com/) 12,000 emails/mois gratuits Mailgun: (http://www.mailgun.com/) Email service pour developpeurs. 10,000 emails/mois gratuits Sendinblue: (https://www.sendinblue.com/) 9,000 emails/mois gratuits Social Media & Community Management WriteRack: (http://writerack.com/) Envoyer des tweets à la suite facilement Click To Tweet: (http://coschedule.com/click-to-tweet) Avoir plus de visibilité sur ses contenus Buffer: (https://bufferapp.com/) Planifier des posts pour Twitter, Facebook, Linkedin Bitly: (https://bitly.com/) Créer gratuitement des liens raccourcis Stocks de photographies Stock Up(http://www.sitebuilderreport.com/stock-up) Pexels(http://www.pexels.com/) All The Free Stock (http://allthefreestock.com/) Unsplash (https://unsplash.com/) Splashbase (http://www.splashbase.co/) Startup Stock Photos (http://startupstockphotos.com/) Designers Pics (http://www.designerspics.com/) Death to the

black rolling armchair under white table

Ça veut dire quoi être agile ? Non, mais vraiment. Avec des mots simples.

Si vous lisez un peu les articles sur les sites Tech ou rien qu’un détour par LinkedIn, vous tomberez très sûrement sur le magique « Agile ». Derrière un concept pas si permissif que cela se cache une méthodologie intéressante de la relation entre l’individu et son travail. Inutile de préciser que je n’ai pas l’ambition d’expliquer avec mes mots la théorie, je vais plutôt me concentrer sur la pratique. Pour bien saisir les possibilités de l’agilité, il faut se concentrer sur les savoir-être et non les savoir-faire. Quelques grandes règles sont donc immuables : Laissez vos équipes décider de la façon dont elles souhaitent travailler (et non pas la tendance du « on a toujours fait comme ça ») Délivrez de la valeur, pas juste un produit / service Communiquez, toujours et à n’importe quel stade (en positif comme en négatif) Gardez sous le coude ceux qui décident, les choix doivent être faits rapidement et efficacement avec la bonne information Laissez vos équipes décider des prochaines tâches, de choisir ce qui fait le plus sens (et non pas votre feuille de suivi de projet idéalisé) Ce qui est souvent un peu frustrant avec cette appellation « Agile », c’est surtout le fait d’empêcher les collaborateurs de travailler comme ils le veulent. Ce qui marche pour équipe n’est pas forcément vrai pour une autre. Il existe bien évidemment de grands préceptes qui fonctionneront à chaque fois. Cependant ils restent bien rares et sont plutôt génériques malheureusement. Votre produit est unique, votre service est unique. Enfin non, ça, c’est générique. Ce qui est unique est la force ainsi que votre vision de ces deux composantes. Ce qui sera réaliste d’un côté deviendra utopiste de l’autre si la vision ne coïncide pas avec les moyens nécessaires. Vous aurez beau mettre plein d’Agile, de Scrum et de Kanban dedans, ça ne marchera pas forcément. L’apprentissage de l’autre est long et doit passer par des phases d’échecs avant d’atteindre les petits succès. Toutefois, si on reprend les gros incontournables de la méthode, on peut parler assez facilement des stands ups, du planning et de la rétrospective. Stand ups C’est un principe de communication rapide entre personnes d’une équipe. Pas une réunion. Il s’agit de faire le point sur ce qui est fait, à faire et ce qui reste à arbitrer. Ces moments peuvent être faits par jour, par semaine, par sprint, par version d’application … Le tout est qu’ils soient réguliers et utiles. Il y a trois choses à faire pour chaque stand up : Un rapide débrief de la situation globale, ce qui est en cours et le temps nécessaire pour aller à la tâche suivante. La vue globale ! Ce qui est entrain d’être fait par le collaborateur et qui est important d’être fait juste ensuite. Les priorités ! Ce qui est bloquant et ce qui pourrait être une aide pour résoudre ce point de frustration. Les solutions ! Il y a plusieurs façons de voir les moments d’échanges, mais ce qui

space gray iPad Pro

Quelles applications installer sur un iPad Pro lorsqu’on travaille dans le marketing digital ?

Au programme de cet article, une liste concrète des applications qui sauvent la vie et qui permettent de travailler sur un iPad Pro sans stress. Mais avant toute chose, petit rappel de mon usage de cette tablette. Étant chargé de missions très variées, je dois très souvent m’adapter aux modes de fonctionnements des personnes avec qui je travaille. Ceci implique d’être flexible concernant les services utilisés et les applications à installer parfois pour un seul projet. Par moment, je ne fais qu’être porte-parole à coup de présentations, à d’autres moments je reprends ma casquette de développeur, parfois j’ai celle de professeur. En mixant tout cela, j’ai du coup plusieurs métiers à couvrir, mais qui relèvent tous au final du grand ensemble du marketing digital. Exit les applications sociales habituelles que vous avez déjà sur vos smartphones. Concentrons-nous sur les applications qui prennent du sens à être utilisées sur grand écran tactile. Cette liste est loin d’être complète et n’offre qu’un aperçu minime de ce qu’il est possible de réunir comme “starter pack” lorsqu’on débarque fraîchement dans le monde de l’iPad Pro. NB: foncez acheter le stylet et un trackpad pour en profiter réellement. Côté stockage Avouons-le, c’est la partie la plus pénible de nos outils actuels, la taille du disque dur de base évolue moins vite que la gourmandise de certains documents. Et dire que je me rappelle avec nostalgie des échanges de disquettes 3,5” avec 1,44 Mo d’espace disponible … Pour combler le manque potentiel de place, il va être fréquent de passer par la case “cloud” : iCloud : plutôt évident, c’est le choix de la raison pour stocker facilement ses documents précieux à portée de Finder / Files. Google Drive : pratique pour gérer ses documents partagés et le travail collaboratif en temps réel. Dropbox : ici, c’est plutôt en tant que stockage longue durée, façon NAS avec quelques folies dont la signature électronique qui arrive. Côté bureautique Pour cette partie, il va falloir malheureusement composer avec les principaux concurrents du secteur qui ont développés des applications très bien huilées pour iPadOS : Apple avec Keynote, Numbers et Pages : idéaux pour les formats natifs qui ne sont modifiables facilement qu’avec les applications Apple. Microsoft avec PowerPoint, Excel et Word : qui gère très bien les révisions et les exports vers d’autres formats. Google avec Slides, Sheets et Docs : pour la partie collaborative et stockage réellement distant. Dropbox Paper : pour le côté sympa d’être couplé à Dropbox, moins poussé que Google Docs, mais une interface plus universelle. Côté bureautique – les notes Parfois, il n’est pas utile de partir sur un format complexe pour garder sous le coude les informations que l’on a en tête. Surtout si l’on utilise le format Markdown pour gagner du temps (ce que je vous encourage à faire !) : Apple Notes : pour du rapide, du type que l’on a envie d’avoir sous la main pour plus tard. Google Keep : l’équivalent au précédent, mais pratique pour les listes

person in green shirt wearing black knit cap

HaveIBeenPwned : est-ce que votre email a déjà été piratée ?

Internet, c’est un peu le nouveau Far West, en tout cas, c’est souvent décrit comme tel. Je suis assez d’accord avec ça, surtout au niveau des vols sur les grandes routes par des bandits peu scrupuleux qui dérobent vos identités. Outre le coup du Pince Nigérien (qui rapporte toujours plus de 700 000 $ par an), il y a surtout l’exploitation de brèches dans les systèmes d’informations de grands sites. Les white hats peuvent aller à la chasse aux bugs (le fameux principe du bug bounty pour lequel vous êtes récompensés selon les failles trouvées), les grey hats les exploiter un peu et les black hat revendre des données pour faire des choses pas très-très gentilles. Il n’existe aucun moyen proactif sûr pour connaître l’état de votre email, a-t-il déjà été piraté sans que vous le sachiez ? Sûrement. Mais la seule façon de le savoir est de faire confiance à Troy Hunt qui est le fondateur du site HaveIBeenPwned. Ce site regroupe des informations utiles sur différentes failles connues et exploitées par les hackers. Il se charge de collecter l’information pour que vous n’ayez qu’à entrer votre adresse email et à vérifier si celle-ci a été compromise. Les failles proviennent de services tels que SoundCloud, LinkedIn, Facebook, Twitter … ces géants du web qui connaissent aussi des moments de faiblesse. Les données collectées peuvent aller de votre simple adresse email, à votre mot de passe associé et même jusqu’à vos données personnelles complètes (nom, prénom, adresse postale …). Le prix de revente de ces milliers de données peut grimper très haut, c’est une vraie mine d’or pour ceux qui savent comment s’en servir. Spoiler: vous recevez des mails très ciblés de boîtes dont vous n’avez jamais entendu parler ? Bingo, on vous connaît très bien. Bizarre non ?

red and white nescafe ceramic mug

Google Takeout : tout savoir de ce que Google sait sur vous

Il existe un moyen simple, mais assez peu utilisé pour enfin découvrir ce que Alphabet Inc. connaît de vous. La maison mère du moteur de recherche Google a mis à disposition un outil afin de faire vos exports de données simplement. Histoire de se faire peur, de se rassurer ou de revenir à la raison. Google n’est pas le grand méchant du web, bien que très souvent décrit comme tel, il s’agit plutôt d’un panel d’outils gratuits que chaque utilisateur a accepté d’utiliser. À chaque étape de l’utilisation d’un outil made in Google, des conditions générales d’utilisations sont présentes ainsi qu’une politique de confidentialité. Ces deux documents permettent de découvrir comment le service peut continuer à survivre tout en étant proposé gratuitement. Il s’agit d’une lecture peu facile, ou en tout cas peu intuitive. Mais celle-ci permet d’être certains que nous autres, les utilisateurs, soyons pleinement conscients de ce qui est sur le point de se passer. Toutefois, celles-ci évoluent et peuvent aller à l’encontre des valeurs ou principes de certains utilisateurs. D’où la mise à disposition d’un outil simple d’export des informations connues de ses services, Google TakeOut est de ce fait votre meilleure option pour avoir une vue sur les données collectées. Autre avantage, ce service permet d’exporter en un clic ce qu’il sait de vous vers votre ordinateur (ou sur Google Drive).